Blog Of Nutrition

Bienvenue sur le BON: pour mieux manger et mieux bouger…..

Comment éviter de craquer? 02/07/2010

Filed under: Les kilos en trop — Emmanuelle LS @ 5:13
Tags: ,

Vous êtes victime de votre gourmandise ? Dès que vous avez une angoisse, une frustration, ou n’importe quoi qui vous énerve, vous vous jetez sur la nourriture ? Vous mangez parce que vous vous ennuyez ou pour décompresser après une dure journée ?

Voici quelques conseils pour lutter contre ces pulsions qui entretiennent bourrelets et cellulite.

–         Boire un grand verre d’eau. Ou eau gazeuse ou soda light, café, thé. On a perdu l’habitude d’être attentif aux signaux envoyés par son corps : on peut confondre faim et soif. Faites le test, vous serez étonné !

–         Compter jusqu’à 20 en vous demandant : « est-ce vraiment une bonne chose d’entrer dans cette boulangerie et de dévorer ce croissant aux amandes alors que je vais dîner dans moins d’une heure ? »

–         Votre estomac crie : faites-le taire an faisant autre chose. Mettez-vous un de vos morceaux de musique préférés, appelez vos amis, sortez faire un tour, repassez, tricotez, bouquinez. Bref, éloignez-vous de ce frigo. Non, mais !

–         Il est peut-être temps de mettre un terme à ce cercle vicieux « je suis contrarié donc je mange ». Avez-vous pensé à essayer le yoga ? la sophrologie ? l’acupuncture ? voici quelques exemples de techniques pour apprendre à gérer son stress et à mieux se sentir au quotidien. Et ça sert aussi quand vous vous disputez avec votre conjoint, quand vos enfants sont exécrables ou quand votre mère vous  a fait une remarque pour la dixième fois….

–         Vous enlevez de votre liste de course tous ces aliments que vous achetez et que vous grignotez par habitude. On mange le plus souvent ce qu’on a à portée de mains. Si ces aliments vous tiennent à cœur, achetez-les en petites quantités et de très bonne qualité ; le plaisir d’en manger n’en sera que meilleur. Avec l’argent que vous n’avez pas dépensé, vous pouvez aussi vous faire une petite cagnotte…

–         Finalement, vous craquez, il faut que vous avaliez quelque chose, sous peine d’être irritable et insupportable. Dans ce cas, il faut organiser vos « pulsions ». Souvent ces grignotages se font à base d’aliments faciles et rapides à avaler et à préparer. Il faut donc contourner l’ennemi. Vous aimez le salé ? alors lâchez-vous : radis, cornichons, surimi, tomates cerise, petites carottes crues, chou-fleur cru, concombre. Ce n’est pas aussi savoureux qu’un paquet de cacahuète, mais votre bedaine, elle, s’en souviendra. Vous êtes plutôt un bec sucré ? laissez une corbeille de fruits à disposition. C’est un peu plus calorique que les légumes, mais c’est plein, de fibres, de vitamines, c’est frais. Et puis, il y a le bon vieux yaourt à 0%…ça passe aussi !

Faites-moi part de vos autres trucs…

Si ces pulsions sont très fréquentes et/ou très abondantes, il est nécessaire de consulter votre médecin.

Publicités
 

L’obésité en chiffres 22/05/2010

Filed under: Les kilos en trop — Emmanuelle LS @ 3:43
Tags: , ,

Les 21 et 22 Mai sont organisées les Journées Européennes de l’Obésité.

Au programme, dépistage : on calcule son indice de masse corporel, l’IMC. Il a longtemps été appelé indice de Quetelet, du nom de son inventeur, Adolphe Quetelet (1796-1874) — illustre scientifique belge, astronome, mathématicien et l’un des fondateurs de la statistique moderne.  L’Organisation mondiale de la santé a défini cet indice de masse corporelle comme le standard pour évaluer les risques liés au surpoids chez l’adulte. L’IMC est corrélé avec une hausse de la mortalité toutes causes confondues, mais on constate particulièrement une hausse des décès dus aux maladies cardio-vasculaires, aux cancers, au diabète, aux accidents au fur et à mesure de l’augmentation de l’IMC.

Attention, tout cela a été établi sur des populations ; à l’échelle individuelle, cet indice est surtout utile pour mettre en évidence l’augmentation des facteurs de risques. Il n’a pas vocation à déterminer précisément la valeur de la masse grasse et encore moins de la masse musculaire et osseuse. Autrement dit, si vous vous appelez David Douillet ou Thierry Henri (à qui je passe le bonjour…), l’IMC ne veut rien dire.

A vos calculettes :

IMC = poids (en kg) divisé par taille² (en mètre)

Moins de 18,5 : maigreur

Entre 18,5 et 25 : normal

Entre 25 et 30 : surpoids

Plus de 30 : obésité

Attention ce sont des définitions médicales… Avec un IMC à 19, certains top-modèles sont accusées d’obésité franche par leur agent!

Alors, qu’en est-il de la situation dans notre pays ?

On n’atteint pas encore les chiffres américains, mais les dernières enquêtes montrent une ascension continue des chiffres de l’obésité en France (Enquête Obépi-Roche 2009).

32% des Français sont en surpoids et presque 15% sont obèses

Entre 2006 et 2009, les Français ont pris en moyenne 0,9kg, ce qui est beaucoup à l’échelle d’une population.

La proportion d’obésité a  tendance à augmenter avec l’âge, mais surtout, on devient obèse de plus en plus tôt.

Ceci justifie l’accent mis sur la prévention, en particulier auprès de enfants.

C’est le but de la campagne « Manger-bouger » :  5 fruits et légumes par jour, faites de l’activité physique, évitez les aliments gras, salés, sucrés… C’est tout un programme de prévention aui a été mis en place depuis 2004 en France, appelé PNNS pour Programme National Nutrition Santé. Je vous conseille leur site internet où vous trouverez des guides qui regorgent de conseils simples et faciles à suivre http://www.mangerbouger.fr/.

Et ça paye : la France est le seul pays développé où la courbe de l’obésité s’est inversée chez les adolescents,  passant de 18% d’ados souffrant d’obésité en 2000 à 16% aujourd’hui.

Alors demain matin, je vais jouer au ballon avec mes enfants, et vous ?