Blog Of Nutrition

Bienvenue sur le BON: pour mieux manger et mieux bouger…..

La fin du mythe des Omega 3? 14/05/2013

La grande revue médicale New England Journal of Medicine vient de publier les résultats d’une étude portant sur l’efficacité des oméga 3 en prévention des maladies cardio-vasculaires chez des patients a risque. Douze mille sujets, moitié supplémentés en omega 3 moitié avec placebo. Résultat: match nul . Autant d’événements dans un groupe que dans l’autre.

Les oméga 3 ont-ils fini leur carriere? Pas si simple. On sait que les populations ayant une alimentation riche en oméga 3 ont moins de risque cardio-vasculaire, c’est du moins l’apport des études épidémiologiques observationnelles. Mais en pratique, quand on essaie d’agir par le biais d’essai dit d’intervention: échec.

Est-ce parce que l’on arrive trop tard? Observerait-on des résultats semblables sur les cancers, la dégénérescence cérébrale ou la survenue de maladies a long terme? D’autre part, on a utilisé dans cette étude des suppléments médicamenteux et non un enrichissement d’aliments riches en omega 3.

Enfin petite question subsidiaire a nos amis italiens: le placebo utilisé était de l’huile d’olive… mais peut-on considérer l’huile d’olive comme un vrai placebo , c’est-a dire une substance neutre?

A bon entendeur…

The risk and prevention study collaborative group. NEJM, May 9th 2013. 368:1800-1808.

Publicités
 

Comment prévenir le cancer? Bougez… 30/03/2013

Savez-vous que les chercheurs sont formels? La prévention du cancer passe par l’activité physique.

Cela est prouvé a l’aide de grandes études épidémiologiques ou l’on demande aux sujets a l’aide de questionnaires quelle quantité d’exercice ils font. Cela marche pour les cancers du sein, de l’utérus  de la prostate et surtout du colon. Faire 150 minutes d’activité physique modérée par semaine diminue de 50% le risque de cancer du colon!

Et l’effet est encore plus important sur le risque de récidive chez les patients ayant déjà eu un cancer. D’ou beaucoup de programmes actuellement mis en place dans de grands centres de cancérologie, pour encourager la reprise de l’exercice.

Les mécanismes sont complexes: l’activité physique améliore les défenses immunitaires chargées de détruire les cellules malignes. Elle permet aussi de diminuer des facteurs d’inflammation qui favorisent la prolifération de la tumeur. Enfin, elles modifient certaines hormones dont l’excès peut être néfaste , comme l’hormone de croissance, les estrogènes et l’insuline.

Alors motivé pour vous y remettre? N’hésitez pas a consulter un médecin spécialisé, qui pourra éventuellement vous orienter si besoin vers un kinésithérapeute ou un éducateur medico-sportif.

Expertise collective: activité physique, INSERM 2008 http://www.inserm.fr/thematiques/sante-publique/dossiers-d-information/activite-physique

 

Une nouvelle piste pour allonger la durée de vie ? 12/10/2010

Si vous avez fréquenté les milieux de la musculation ou si votre caddy vous a mené au rayon « suppléments pour sportifs », vous avez dû voir ces boîtes de mélanges d’acides aminés, sensés faire de vous un nouveau Musclor… Il est vrai que des études avaient montré des résultats très intéressants chez … la levure! Là, on passe de Musclor à la brioche, c’est tout de suite moins séduisant.

Eh bien, une équipe italienne vient pour la première fois de réaliser une étude très sérieuse chez le mammifère, en l’occurrence la souris mâle. Les chercheurs leur ont donné ce fameux mélange d’acides aminés à chaîne ramifiée (leucine, isoleucine et valine) et là (roulement de tambour)…les souris supplémentées ont vécu plus longtemps que les autres !

En regardant de près ces souris, ils ont observé des changements dans les muscles et les cellules du cœur : on voyait plus de mitochondries (les usines à énergie de la cellule) et moins de stress oxydatif (qui fait produire des substances « toxiques » par la cellule). Qui plus est, ces souris étaient plus endurantes et avaient une meilleure coordination dans certains types d’exercice.

Sans vouloir jouer les rabats-joie, ces résultats sont certes intéressants, mais il faut toujours rester prudent ! Les différences que l’on a observé dans cette étude ne sont de l’ordre que de quelques pour cent… Il faudra encore beaucoup d’expériences avant de pourvoir confirmer ces résultats dans d’autres espèces et chez l’homme. On ne sait quasiment rien sur les doses à utiliser chez l’homme et les potentiels effets indésirables de ces doses. Par contre, c’est un nouvel espoir dans certaines maladies qui affectent les capacités musculaires.

En conclusion, avant de se précipiter dans son magasin de sport, on attend la suite…

Référence : D’Antona et al. Branched-Chain Amino Acid Supplementation Promotes Survival and Supports Cardiac and Skeletal Muscle Mitochondrial Biogenesis inMiddle-Aged Mice. Cell metabolism. 12, 362–372, October 6, 2010

 

La cuisine au beurre 18/08/2010

Filed under: Vivre jusqu'à 120 ans — Emmanuelle LS @ 1:59
Tags: ,

De retour de vacances, il est temps d’éliminer les excès estivaux et de prendre de bonnes résolutions. Aujourd’hui , on s’attaque à son mauvais cholestérol, (le LDL, comme disent les docteurs) : celui que l’on trouve dans les graisses animales.

Sur le banc des accusés, on retrouve le beurre, la crème, le fromage, la charcuterie et la viande rouge.

Bien sûr, il ne s’agit pas de supprimer toute cette liste de son alimentation, mais peut-être arriverez-vous à faire un petit effort, à commencer par le fameux beurre.

Déjà, j’entends les sifflements d’ici : loin de moi l’idée de mettre le beurre à la poubelle, mais en limiter les quantités est déjà un élément important.

Le matin, 10 grammes : c’est l’équivalent des petites plaquettes individuelles que l’on vous sert dans les hôtels.

Aux repas, on évite le beurre systématique sur la table, le petit morceau sur l’entrecôte, celui que l’on met sur les radis, les sandwichs saucisson-beurre, le pain beurré avec le fromage.

Bien sûr, on grille la viande et le poisson.

Pour faire revenir des légumes, on utilise de l’huile végétale avec de bonnes graisses, olive ou colza.

Dans la pâtisserie, remplacez au moins la moitié du beurre par de la margarine.

Vient alors la grande question : quelle margarine ?

Les margarines végétales classiques sont aussi grasses que le beurre mais ont néanmoins un effet neutre sur le cholestérol.

Les margarines allégées sont moins grasses que le beurre, mais le problème gustatif devient parfois un inconvénient majeur à leur utilisation. D’autant plus que leur caractère allégé a tendance à nous rendre moins vigilant sur la quantité utilisée.

Quant aux margarines enrichies en « phytostérol », PROACTIVE®, SAINT HUBERT CHOLEGRAM®, leur efficacité a été prouvée pour abaisser le taux de cholestérol, à condition d’en consommer suffisamment. Aucune preuve n’est établie sur la durabilité de son efficacité au-delà de 2 ans de consommation. Elles sont donc à recommander aux sujets ayant une hypercholestérolémie : parlez-en à votre médecin avant d’investir, leur prix restant beaucoup plus élevé que les autres margarines du marché.

Enfin, au risque de m’attirer les foudres des puristes, réservez le beurre salé aux grandes occasions. Beurre pour le cholestérol et sel pour l’hypertension artérielle … on frise le terrorisme artériel ! A consommer avec (beaucoup) de modération !

Référence: Third report of the National Cholesterol Education Program Expert Panel on detection, evaluation, and treatment of high blood cholesterol in adults :executive summary. http://www.nhlbi.nih.gov/guidelines/cholesterol/atp3xsum.pdf

 

Le chocolat: ami ou ennemi? 23/06/2010

Filed under: Vivre jusqu'à 120 ans — Emmanuelle LS @ 2:13
Tags: ,

Ah le chocolat ! nous l’adorons (presque) tous… Vous avez peut-être entendu parler de sa richesse en magnésium ou en substances anti-dépressives ? Mais saviez-vous que certains chercheurs pensent qu’il protégerait aussi nos artères ?

Une récente étude réalisée en Allemagne a suivi pendant 8 ans près de 20 000 sujets. Ce travail a montré que ceux qui consomment le plus de chocolat (7,4g/jour) ont  moins d’infarctus du myocarde et d’accidents vasculaires cérébraux que ceux qui en consomment le moins (1,7g/j). Dans cette étude, on voit une baisse de près de 40%!

Pourquoi ? Parce que le chocolat contient des substances, comme les flavanoïdes, qui font baisser la tension artérielle,  et des polyphénols, qui ont des effets anti-oxydants, c’est-à-dire qui empêchent l’encrassement de nos artères par le diabolique athérome.

Je vous vois déjà foncer vers votre placard à la recherche du sacro-saint cacao…je vous arrête là.

En fait, ce n’est pas la première étude qui s’intéresse au problème. D’autres ont déjà montré la même chose, mais d’autres n’ont rien montré du tout !

L’interprétation de ce genre de résultats est toujours sujet à précaution : déjà, on ne sait pas du tout si c’est tous les chocolats ou seulement le noir.

Ensuite, ce sont des études d’observation uniquement.  Pour être certain que c’est bien le chocolat qui donne cet effet, il faudrait prendre 10 000 personnes : on divise en 2 groupes, tout le monde mange exactement pareil pendant 5 ou 10 ans, sauf pour le chocolat… et on regarde ce qui se passe : compliqué à réaliser en pratique !

Enfin il faut se souvenir que le chocolat, c’est 50% de sucre et 50% de graisses, donc en manger beaucoup peut favoriser la prise de poids, ce qui n’est pas bon pour nos artères.

En conclusion, un peu de chocolat est peut être bon, mais certainement pas mauvais.

A consommer avec modération et tant qu’à faire, plutôt du bon.

Référence : Buijsse B et al, European Heart Journal, 10 Avril 2010

 

Le régime « idéal » anti-hypertension artérielle 07/06/2010

Filed under: Vivre jusqu'à 120 ans — Emmanuelle LS @ 2:40
Tags: ,

Vous avez de l’hypertension artérielle ? Votre tension est limite ? Vos parents ou vos frères/sœurs sont hypertendus ?
Voici le DASH : Dietery Approches to Stop Hypertension ! C’est LE régime qui a scientifiquement prouvé son efficacité dans l’hypertension artérielle.
Venu des Etats-Unis, il s’agit d’une alimentation équilibrée, proche de toutes les recommandations que vous avez entendues :
– peu de sel,
– beaucoup de fruits et de légumes,
– des céréales complètes,
– des graines,
– des produits laitiers pauvres en graisses,
– de la volaille et du poisson,
– des légumes secs
– des huiles contenant de « bonnes » graisses (colza, olive).
Vous sortez de chez votre docteur, non pas avec des menus, mais avec une liste de course pour la semaine (pratique, non ?) et des conseils généraux :
– ne pas sauter de repas
– répartir en 3 repas, et éventuellement 1 ou 2 collations par jour
– limiter les repas au restaurant à 1 fois par semaine, avec si possible des plats peu salés
– Les légumes frais peuvent être remplacés par des légumes surgelés ou en conserve sans sel
– Les plats préparés sont à limiter aussi
Le bémol : Attention, ces recommendations sont faites par les Américains et pour les Américains! Notre culture alimentaire n’est certes pas identique (je ne vous apprends rien !), mais c’est une base sur laquelle on peut s’appuyer et que l’on peut vraisemblablement transposer avec nos habitudes culinaires.
Je vous livre cette liste de course hebdomadaire (Pour une alimentation de 2100cal/jour):

Dans tous les cas, si vous avez une hypertension artérielle, vous devez consulter votre médecin pour qu’il vous donne le traitement adapté à votre cas et qu’il vous suive régulièrement.

Adaptation de l’article « Dietary therapy in Hypertension », de Frank M. Sacks et Hannia Campos, New England Journal of Medicine, 2010, vol .362, p 2102 à 2112.

 

Pourquoi faut-il limiter la viande rouge et la charcuterie pour éviter le cancer? 09/05/2010

Filed under: Vivre jusqu'à 120 ans — Emmanuelle LS @ 7:06
Tags: ,

On entend partout ce message, au grand dam des amateurs de steak et autre côte de bœuf.

Quelles sont les viandes rouges ?

Le bœuf, l’agneau, le porc

Et la charcuterie ?

La « charcuterie » inclut la viande fumée, séchée ou salée, ou avec adjonction d’agents de conservation.  Exemples : jambon blanc, jambon cru, bacon, lardons, saucisse sèche, saucisson, viande des grisons, ainsi que les hot-dogs et certaines saucisses. Les hamburgers et la viande hachée sont considérés comme de la charcuterie s’ils sont conservés par salaison ou avec des additifs chimiques.

Pourquoi en réduire la consommation ?

Parce qu’en manger en excès augmente de 30% le risque de cancer du colon (gros intestin). Ce cancer est l’un des plus fréquent en France (au 3ème rang avec 37000 nouveaux cas par an).

C’est à cause de l’hème (ce qui donne la couleur rouge à la viande), qui abîme la paroi du côlon. Dans la charcuterie, la viande est fumée ou encore des agents conservateurs sont utilisés, ce qui favorise l’apparition de substances cancérigènes.

Limiter, ça veut dire quoi ?

500g de viande cuite par semaine (700 à 750g crus).

On n’oublie pas aussi que la viande est riche en mauvaises graisses (les acides gras saturés), qui « bouchent » les artères. Enfin, il existe de nombreux arguments écologiques pour limiter sa consommation : l’élevage entraîne une connsommation d’eau importante, ainsi que l’émission de quantités massives de gaz à effet de serre mais ce sera l’objet d’autres posts.

L’idée n’est pas de diaboliser la viande rouge bien connue pour la qualité de ses protéines, et sa richesse en fer, mais on n’abuse pas.

Dernier conseil: tant qu’à ne pas trop en manger, choisissez-la de qualité et demandez conseil à votre boucher.

Pour plus d’info: http://www.fmrc.fr/