Blog Of Nutrition

Bienvenue sur le BON: pour mieux manger et mieux bouger…..

La fin du mythe des Omega 3? 14/05/2013

La grande revue médicale New England Journal of Medicine vient de publier les résultats d’une étude portant sur l’efficacité des oméga 3 en prévention des maladies cardio-vasculaires chez des patients a risque. Douze mille sujets, moitié supplémentés en omega 3 moitié avec placebo. Résultat: match nul . Autant d’événements dans un groupe que dans l’autre.

Les oméga 3 ont-ils fini leur carriere? Pas si simple. On sait que les populations ayant une alimentation riche en oméga 3 ont moins de risque cardio-vasculaire, c’est du moins l’apport des études épidémiologiques observationnelles. Mais en pratique, quand on essaie d’agir par le biais d’essai dit d’intervention: échec.

Est-ce parce que l’on arrive trop tard? Observerait-on des résultats semblables sur les cancers, la dégénérescence cérébrale ou la survenue de maladies a long terme? D’autre part, on a utilisé dans cette étude des suppléments médicamenteux et non un enrichissement d’aliments riches en omega 3.

Enfin petite question subsidiaire a nos amis italiens: le placebo utilisé était de l’huile d’olive… mais peut-on considérer l’huile d’olive comme un vrai placebo , c’est-a dire une substance neutre?

A bon entendeur…

The risk and prevention study collaborative group. NEJM, May 9th 2013. 368:1800-1808.

Publicités
 

Comment prévenir le cancer? Bougez… 30/03/2013

Savez-vous que les chercheurs sont formels? La prévention du cancer passe par l’activité physique.

Cela est prouvé a l’aide de grandes études épidémiologiques ou l’on demande aux sujets a l’aide de questionnaires quelle quantité d’exercice ils font. Cela marche pour les cancers du sein, de l’utérus  de la prostate et surtout du colon. Faire 150 minutes d’activité physique modérée par semaine diminue de 50% le risque de cancer du colon!

Et l’effet est encore plus important sur le risque de récidive chez les patients ayant déjà eu un cancer. D’ou beaucoup de programmes actuellement mis en place dans de grands centres de cancérologie, pour encourager la reprise de l’exercice.

Les mécanismes sont complexes: l’activité physique améliore les défenses immunitaires chargées de détruire les cellules malignes. Elle permet aussi de diminuer des facteurs d’inflammation qui favorisent la prolifération de la tumeur. Enfin, elles modifient certaines hormones dont l’excès peut être néfaste , comme l’hormone de croissance, les estrogènes et l’insuline.

Alors motivé pour vous y remettre? N’hésitez pas a consulter un médecin spécialisé, qui pourra éventuellement vous orienter si besoin vers un kinésithérapeute ou un éducateur medico-sportif.

Expertise collective: activité physique, INSERM 2008 http://www.inserm.fr/thematiques/sante-publique/dossiers-d-information/activite-physique

 

Une nouvelle piste pour allonger la durée de vie ? 12/10/2010

Si vous avez fréquenté les milieux de la musculation ou si votre caddy vous a mené au rayon « suppléments pour sportifs », vous avez dû voir ces boîtes de mélanges d’acides aminés, sensés faire de vous un nouveau Musclor… Il est vrai que des études avaient montré des résultats très intéressants chez … la levure! Là, on passe de Musclor à la brioche, c’est tout de suite moins séduisant.

Eh bien, une équipe italienne vient pour la première fois de réaliser une étude très sérieuse chez le mammifère, en l’occurrence la souris mâle. Les chercheurs leur ont donné ce fameux mélange d’acides aminés à chaîne ramifiée (leucine, isoleucine et valine) et là (roulement de tambour)…les souris supplémentées ont vécu plus longtemps que les autres !

En regardant de près ces souris, ils ont observé des changements dans les muscles et les cellules du cœur : on voyait plus de mitochondries (les usines à énergie de la cellule) et moins de stress oxydatif (qui fait produire des substances « toxiques » par la cellule). Qui plus est, ces souris étaient plus endurantes et avaient une meilleure coordination dans certains types d’exercice.

Sans vouloir jouer les rabats-joie, ces résultats sont certes intéressants, mais il faut toujours rester prudent ! Les différences que l’on a observé dans cette étude ne sont de l’ordre que de quelques pour cent… Il faudra encore beaucoup d’expériences avant de pourvoir confirmer ces résultats dans d’autres espèces et chez l’homme. On ne sait quasiment rien sur les doses à utiliser chez l’homme et les potentiels effets indésirables de ces doses. Par contre, c’est un nouvel espoir dans certaines maladies qui affectent les capacités musculaires.

En conclusion, avant de se précipiter dans son magasin de sport, on attend la suite…

Référence : D’Antona et al. Branched-Chain Amino Acid Supplementation Promotes Survival and Supports Cardiac and Skeletal Muscle Mitochondrial Biogenesis inMiddle-Aged Mice. Cell metabolism. 12, 362–372, October 6, 2010

 

140 millions d’euros 02/07/2010

Filed under: La recherche trouve — Emmanuelle LS @ 6:46
Tags: , ,

C’est la somme allouée par l’Etat à un grand plan de lutte contre l’obésité, lancé à l’initiative de Nicolas Sarkozy. Le Pr Arnaud Basdevant, chef du service de Nutrition à la Pitié à Paris, a été chargé par le Président de la République de ce plan obésité qui prévoit sur 3 ans la mise en place de mesures:
– accent mis sur la recherche
– prévention à l’école: cantines, et développement de l’activité physique
– dépistage et prise en charge de l’obésité de l’enfant.
Maintenant, on éteint son ordinateur et on va faire un tour en vélo…

http://www.elysee.fr/president/les-actualites/communiques-de-presse/2010/juin/mission-de-pilotage-du-plan-obesite-confiee-au.9264.html

 

Resvératrol : « la pilule de Jouvence »? 24/06/2010

Filed under: La recherche trouve — Emmanuelle LS @ 7:14
Tags: , , , ,

Le Resvératrol, outre son caractère imprononçable, est une substance actuellement très étudiée : on la trouve dans un certain nombre de plantes, mais les plus grandes quantités sont dans les pépins et la peau du raisin, le vin rouge, les mûres, les cacahuètes et la rhubarbe.

Chez les souris, le Resvératrol empêche la formation de l’athérome qui encrasse nos artères,  la prolifération des cellules cancéreuses, et la dégénérescence des neurones…. Waouhhh !!!

Mais en plus ce Resvératrol active les Sirtuines : double waouhhhh !!! …Au fait, c’est quoi les sirtuines ? Figurez-vous que le fait de peu manger allonge la durée de vie (bah oui !). Ce phénomène est dû à la production des sirtuines qui est augmentée quand on mange peu !

Donc le Resvératrol aurait le même effet que la restriction calorique modérée et allongerait la durée de vie. Tout ça a bien été étudié… chez le ver et la mouche !

Et là, scoop, cette molécule aurait aussi un effet anti-obésité…Une équipe française vient de publier un article. Ils ont testé le Résvératrol chez des lémuriens (qui sont des primates). Ils ont montré qu’une supplémentation en Resvératrol réduit considérablement leur prise de poids en période hivernale, par une augmentation de la dépense énergétique et un effet coupe-faim.

Et chez l’homme ? pour le moment, les études n’en sont qu’à leurs prémices. Il faut toujours rester très prudent car un certain nombre de substances avaient donné beaucoup d’espoirs dans les essais sur les animaux et se sont soldés par des échecs (inefficacité ou même toxicité) chez l’homo sapiens.

Donc, en attendant (quelques années) que le Resvératrol ait fait ses preuves, et avant de foncer sur le vin rouge et les cacahuètes, contentez-vous du raisin, des mûres et d’une bonne tarte à la rhubarbe …

Référence: Dal-Pan A, Blanc S, Aujard F, Resveratrol suppresses body mass gain in a seasonal non-human primate model of obesity, BMC Physiology 2010, 10:11

 

Moi, je participe à Nutrinet, pas toi ??!!!? 19/05/2010

Filed under: La recherche trouve — Emmanuelle LS @ 2:20
Tags: , ,

Vous aimeriez participer à la recherche scientifique, mais vous n’avez pas beaucoup de temps, ni trop envie d’être cobaye pour des médicaments. L’étude Nutrinet-santé est pour vous.

Débutée il y a tout juste un an, elle est faite par des chercheurs français qui s’intéressent aux facteurs de risque ou de protection liés à la nutrition dans la population française. C’est grâce à ce genre d’étude qu’on peut prouver que telle façon de s’alimenter est mieux pour la santé que telle autre. Cela concerne aussi bien le diabète, l’hypertension artérielle que les maladies cardio-vasculaires et les cancers. 500 000 Nutrinautes seront suivis.

L’originalité de cette étude est qu’elle se fait entièrement par Internet. C’est donc à vous et à moi que ça s’adresse. Je suis d’ailleurs inscrite, et ce n’est franchement pas compliqué. On donne son poids, sa taille, quelques renseignements médicaux simples, on fait un petit journal alimentaire sur 2 ou 3 journées et on détaille son activité physique. Le plus dur… c’est d’être honnête (si si, obligé d’avouer tout, même si on a mangé un double cheeseburger, une grande portion de frites, une glace avec chocolat et cacahuète, mais quand même un soda sans sucre !!!).

Vous allez sur le site https://www.etude-nutrinet-sante.fr/, tout y est expliqué en termes simples et clairs. En quelques clics, vous êtes inscrit et en quelques minutes vous commencez l’étude. Pas de courrier, pas de téléphone, et c’est bien sûr anonyme et gratuit.

L’étude sera faite sur 5 ans, à raison de un questionnaire par an obligatoire, et quelques autres facultatifs en intermédiaire.

En prime, vous avez la satisfaction de faire avancer la recherche.

N’oubliez pas de faire passer le message et de me faire part de votre expérience.